imaginaires

En bande dessinée, écrire c’est déjà dessiner. Dessiner c’est encore écrire.
ETIENNE DAVODEAU

Derniers articles

  • J’veux du soleil !

    / Cinéma

    Comme les gilets jaunes rencontrés au cours d’un long périple du nord au sud, François Ruffin a fini par trouver le soleil tant recherché. Et c’est maintenant que le printemps arrive...

  • Top of the Lake

    / Ecrans

    Quand les femmes cessent de se taire et rendent coup pour coup, dans une histoire écrite et réalisée par une grande cinéaste, ça donne une série haut de gamme, même si la saison 2 n’a pas tenu toutes ses promesses.

  • L’arbre aux morts

    / Livres

    Après son splendide et crépusculaire Brasier noir, Greg Iles poursuit sa trilogie de Natchez avec L’arbre aux morts, dans lequel il fait plonger les racines du récit jusqu’au meurtre le plus célèbre du 20ème siècle, celui de JFK. Eblouissant.

  • Comment notre monde est devenu cheap

    / Livres

    Depuis plus de sept siècles, le capitalisme transforme en argent la nature et les humains. Via l’exemple tragique de Christophe Colomb, Raj Patel et Jason Moore racontent la cheapisation du monde.

  • Brasier noir

    / Livres

    Parce que l’électorat de Trump est l’héritier direct de la minorité blanche raciste des années soixante, il faut lire Brasier noir, roman fleuve post Katrina où les anciens du KKK devenus des notables sont prêts à tout pour empêcher la vérité d’advenir.

  • Sorcières, la puissance invaincue des femmes

    / Livres

    En 230 pages cinglantes comme un sort jeté à la figure du patriarcat, Mona Chollet part de la chasse aux sorcières pour en arriver à sa version contemporaine, la guerre faite aux femmes et à la nature.

  • Quand Emma dessine la charge émotionnelle

    / Livres

    Après la charge mentale qui l’a révélée au grand public en 2017, la dessinatrice Emma s’attaque dans son troisième album à son pendant, la charge émotionnelle (éditions Massot). A voir aussi la vidéo de sa conférence TedX à Lille.

  • Senses

    / Cinéma

    Dans un tableau en cinq parties et quatre personnages de femmes, Hamaguchi part de l’intime et va à l’universel. Senses est dans la lignée du Décalogue de Kieslowski.